Un peu d'histoire ...

Un peu d'histoire ...

Par Admin Chevrier, publié le dimanche 23 septembre 2018 22:52 - Mis à jour le dimanche 23 septembre 2018 23:33
index.jpg

Le lycée Jeanne d'Arc, plus de 170 ans d'histoire ...
 

C'est sous l’impulsion de Monseigneur Jerphanion, évêque de Saint-Dié, et grâce à sa rencontre avec la Congrégation des Religieuses de Jésus-Marie à Lyon en 1842, qu'au mois d'août de la même année le Pensionnat de Jésus-Marie ouvre ses portes à ses premières élèves. Créé sur le site d’une ancienne filature, le pensionnat est tenu dès le début par 6 religieuses missionnées par la Congrégation. Et ce fut rapidement un succès car durant les 50 premières années quelques 800 élèves sont inscrites.

                  

 

Des périodes difficiles surviennent alors :

La révolution de 1848 durant laquelle, les religieuses du pensionnat purent trouver réconfort et protection auprès de M. l’Abbé Steiner, premier aumônier de l’établissement et également aumônier de la prison locale. La guerre de 1870, avec, semble-t-il, une occupation temporaire des locaux par des soldats prussiens. Mais cela n’empêcha pas la Maison de fêter son 50ème anniversaire en 1894.

C’est en 1897, que Mme Claudon devint Supérieure, prit le nom de Mère Ste-Lucie et se prépara à affronter le XXème siècle. Le début du siècle fut marqué par la loi de 1901 et l’obligation pour toutes les congrégation enseignantes non autorisées de quitter leurs établissements et de se disperser. Malgré une demande d’autorisation au gouvernement, les Religieuses de la Maison sont obligées de se retirer en juin 1903. Un comité de parents est mis en place pour assurer la rentrée 1903, la direction étant confiée à une laïque. Mère Ste-Lucie quitte alors l’habit religieux pour redevenir Mme Claudon et réintégrer l’établissement en tant que directrice en 1905, fonction qu’elle conservera jusqu’à sa mort en 1938.


En février 1907, l’entreprise de liquidation des biens des Communautés obtient la mise en vente des murs. La municipalité achète dans un premier temps la maison mais les locaux étant jugés trop vétustes, une surenchère d’un négociant israélite de Nancy, M. Cohen, est acceptée. Hors ce surenchérisseur agit au nom d’une société immobilière constituée de parents et de sympathisants : en 1908, le Pensionnat de Jésus-Marie devient l’Institution Jeanne d’Arc avec Mme Claudon à la Direction qui y restera jusqu'à sa mort en 1938.


La première guerre mondiale voit l’Institution se transformer temporairement en hôpital militaire et dès novembre 1918, les premières pensionnaires alsaciennes franchissent les cols vosgiens afin de parfaire leur français dans les locaux de la Maison.

 

                   

Un nouvel événement vient perturber le calme de l’entre deux guerres. Le 20 avril 1932, un incendie réduit plus de 50 % du bâtiment en cendres. Un religieuse perd la vie dans le sinistre et les pertes matérielles n’empêcheront pas les cours de reprendre 3 jours plus tard dans une salle préservée des flammes. La restauration est terminée en mai 1933, grâce aux assurances et à un appel de fonds, sous forme d’actions.

Malgré les ravitaillements difficiles dus à la période d’occupation, l’Institution Jeanne d’Arc fait le plein de pensionnaires qui vivent au rythme du passage des bombardiers au dessus des montagnes vosgiennes. En 1944, 8 enseignantes et 10 Soeurs assurent la bonne marche de la Maison ainsi que la direction de l’école paroissiale St Romaric et prépareront le centenaire de l’institution qui sera célébré, avec retard, en 1946.

Avec l’évolution de l’enseignement, l’établissement s’ouvre à d’autres formations et évolutions :

1949 : début d’un enseignement commercial

1950 : un préau est aménagé en réfectoire

1956 : ouverture d’une section Technique Commerciale

1962 et 1964 : les classes primaires sont transférées à l’école paroissiale St Romaric

1968 : ouverture d’une section de C.A.P. Employé technique de Collectivité

1970 : première section de B.E.P. préparatoire aux Carrières Sanitaires et Sociales et arrivée de la mixité pour les classes du second cycle général et technique.

1976 : réhausse de deux étages du bâtiment principal.

1980 : un groupe scolaire mixte est créé : "Jeanne d’Arc” (lycée), "Saint Joseph (collège) et Saint Romaric (école primaire)

2008 : le collège Saint-Joseph et le lycée Jeanne d'Arc fusionnent pour former l'Ensemble Scolaire Jeanne d'Arc+Saint-Joseph

2012 : Rassemblement des unités pédagogiques du collège et des lycées sur un seul et même site, celui du lycée Jeanne d'Arc après d'important travaux d'agrandissement et de réaménagement.

2017 : Importants travaux d’embellissement et d’isolation des façades du bâtiment principal.

2018 : Réaménagement et importants travaux au niveau du bâtiment "Sciences"  du lycée afin de proposer des laboratoires plus modernes et spacieux. Le lycée s'engage encore davantage dans l'ère du numérique et devient l'un des 110 lycées 4.0 de la région Grand-EST.